La prairie alluviale de fauche


Description

La prairie de fauche est également une prairie alluviale, c’est-à-dire qu’elle est située dans le lit majeur (et donc dans la zone inondable) d’un cours d’eau.
Comme toutes les prairies alluviales, elle est caractérisée par un engorgement en eau pendant une période plus ou moins longue de l’année selon les quantités de précipitations et donc les crues du cours d’eau.
La surface de la prairie est d’environ 1.5Ha. Elle est située dans une zone Natura 2000, code UG5 (prairie de liaison).
Elle fait également l’objet d’une mesure agro-environnementale (MAE) « Prairie à haute valeur biologique ».

La prairie est fauchée deux fois par an par un agriculteur du village. Afin d’augmenter la diversité botanique de la prairie, il est important que la première fauche soit tardive, soit après le 15 juillet tandis que la seconde fauche a lieu en octobre.

Travaux d'aménagements et de gestion

La prairie est fauchée deux fois par an par un agriculteur du village. La première fauche a lieu vers la mi-juillet et la seconde fauche en octobre.
A raison de deux fauches par an et sans apport d’engrais, la teneur en éléments nutritifs du sol va progressivement baisser ce qui permettra d’augmenter la diversité botanique de la prairie.

Dès que nous sommes devenus propriétaires de cette prairie, notre première démarche a été d’effectuer des analyses du sol. En effet, ces résultats sont importants pour déterminer les mesures de gestions et les aménagements les plus appropriés.
Les résultats des analyses sont les suivants :
Répartition granulométrique : Argile 27% - Limon : 47% - Sable 26%
Azote : 3.6gr/Kg
Phosphore : 1.5mg/100gr – Potassium : 3.3mg/100gr
Magnésium : 5.7mg/100gr – Fer : 350mg/100gr – Calcium : 136mg/100gr
Rapport C/N : 8 – Teneur en humus : 5.8%.
Ces résultats nous indiquent que la répartition granulométrique est très bonne. La teneur en sable provient de la décomposition des roches gréseuses qui constituent le sous-sol de la région.
La teneur en humus est assez élevée et les teneurs en éléments nutritifs sont faibles ce qui devrait permettre d'augmenter la diversité en espèces végétales en poursuivant la gestion principale par fauchage comme indiqué ci-dessus.

Cet automne, nous avons profité du passage des sangliers qui ont retourné des zones de tapis végétal pour effectuer un semis dans ces zones où le sol a été mis à nu par les sangliers.
Nous avons semé des espèces qui sont peu ou pas présentes dans notre prairie mais qui sont caractéristiques des prairies de fauche : l’aigremoine, la marguerite, l’achillée, la berce, la molène noire, la brunelle.
Nous avons délimité une zone qui correspond à environ 10% de la surface de la prairie et qui sera fauchée uniquement une fois par an en octobre. La première fauche après le 15 juillet ne sera donc pas pratiquée dans cette zone.
L’objectif est que cette seule fauche très tardive permette aux plantes à floraison estivale comme la centaurée ou le millepertuis puissent réaliser complètement leur cycle de reproduction, donc jusqu’à la chute des semences sur le sol. Cette gestion par une seule fauche très tardive devrait également être favorable à certains oiseaux sui nichent au sol. Après 3-4 années, nous pourrons comparer le tapis végétal de cette zone refuge par rapport au reste de la prairie.

Cet automne (2020) nous allons planter sur 50m une haie à la limite entre notre prairie et la prairie voisine.
Il s’agira plus exactement d’une bande boisée d’une largeur variable entre 3 et 5m. Cette haie sera composée d’une trentaine de plants d’arbres : merisiers, bouleaux, pommiers sauvages, frênes, peupliers trembles, alisiers et ormes ainsi que d’un peu plus de 200 plants d’arbustes : viornes, sureaux, nerpuns, troènes, fusains, sorbiers, aubépines, pruneliers, bourdaines, ….

Cet automne 2020, nous planterons également une dizaine de pommiers hautes tiges. Nous avons choisi des variétés sélectionnées par le Centre de Michamps (Bastogne) qui sont résistantes aux maladies et adaptées au climat Ardennais.
Les pommiers sont greffés sur pommiers sauvages ce qui semble leur conférer une plus grande résistance à la prédation par les rongeurs. Nous avons choisi les variétés de pommiers suivantes : Madame Colard Reine des Reinettes, Belle et Bonne, Président Roulin, Grenadier, Ellison's orange, Reinette de France, Reinette Wibrin, Cwastresse simple et Reinette Dubois.Notre terrain étant situé dans un fond de vallée, nous craignons principalement les gelées tardives ainsi que l’engorgement du sol en eau durant une partie de la mauvaise saison.
Si l’expérience de cette première étape de plantation est positive nous envisagerons de transformer une partie de la prairie en pré-verger.

C’est une prairie permanente (qui n’est donc jamais labourée) dont le mode de gestion agricole est le fauchage de la végétation une ou deux fois par an.
Il existe différents types de prairies de fauche dont le tapis végétal varie selon les paramètres suivants : l’altitude, le degré d’humidité du sol, le degré d’acidité et la teneur en calcaire du sol, la richesse du sol en éléments nutritifs (azote et phosphore principalement) et le régime de gestion : date et nombre de fauches, pâturage éventuel du regain, ….


Fertilisation, labour et abandon
Depuis la seconde moitié du XXème siècle, la fertilisation des prairies avec des engrais minéraux ou organiques (lisier, fumier) permet d’en augmenter la productivité.
Ces prairies sont alors fauchées (ensilage plutôt que fanage) au moins trois fois par an et la première coupe est de plus en plus précoce (mai le plus souvent) ne permettant ni à la plupart des plantes ni aux animaux de réaliser leur cycle de reproduction.
La fertilisation et la fréquence des récoltes ont un effet très marqué sur la composition végétale des prairies.
Les espèces végétales à fleurs régressent très fortement au profit de certaines graminées (comme le ray gras d’Italie) mieux adaptées à un sol riche en éléments nutritifs.
Idéalement une prairie de fauche pour avoir un tapis végétal diversifié doit avoir une teneur en phosphore inférieure à 5mg/100gr.
Certaines prairies sont labourées puis semées avec 2-3 graminées plus productives.
Enfin, à certains endroits où le relief est plus important ou lorsque la surface est trop petite, des prairies sont abandonnées. Elles sont alors progressivement envahies par des arbustes et évolueront à terme vers la reconstitution de la forêt.









Espèces animales caractéristiques:
Les graminées les plus couramment rencontrées dans les prairies de fauche sont : le fromental, le dactyle, la fétuque des prés, la fétuque rouge, le pâturin des prés, la phléole des prés, le vulpin des prés, l’avoine dorée, l’avoine pubescente, la flouve odorante.
Parmi les plantes à fleurs citons : la centaurée des prés, la grande marguerite, le crépis des prés, le salsifis des prés, la mauve musquée, le plantain lancéolé, la renoncule âcre, l’achillée millefeuille, la carotte sauvage, la knautie, le grand boucage, le trèfle rampant, la crételle, la porcelle enracinée, le cerfeuil sauvage, la berce, l’alchémille, le géranium des bois, la bistorte, le rhinanthe à petites fleurs, le millepertuis maculé, la colchique, ...
Les espèces soulignées dans cette liste sont présentes dans notre prairie. Un recensement des espèces végétales présentes a été réalisé en 2016 par un conseiller de l’ASBL Natagriwal. Celui-ci a mis en évidence la présence de 30 espèces différentes.

Espèces animales caractéristiques:
De nombreux papillons comme la belle dame, le paon du jour, l’aurore, …. et d’autres insectes comme les sauterelles, criquets, punaises, … mais aussi de nombreux oiseaux comme la linotte, le verdier, l’alouette, le tarier des prés, le rossignol, ….

Observations animales
Argiope frelon
Criquet ensanglanté